Vaccination contre la Covid-19 : les questions auxquelles vous devriez obtenir des réponses avant de vous faire vacciner

Alors que la situation du coronavirus semble s’aggraver de nouveau dans de nombreux pays pendant les mois d’hiver et que de nombreux gouvernements recourent à nouveau à des mesures sévères et drastiques, plusieurs fabricants de vaccins – notamment Pfizer/BioNTech, Moderna et AstraZeneca (ainsi que l’Institut Gamaleja en Russie et Sinovac, Sinopharm et CanSino en Chine) – ont rapporté une efficacité et une innocuité très élevées de leurs vaccins. Certains pays (comme le Royaume-Uni, le Canada, le Bahreïn, l’Arabie saoudite, le Mexique et les États-Unis) ont déjà accordé des approbations d’urgence pour le vaccin Pfizer/BioNTech, tandis que d’autres pays veulent commencer à vacciner le plus tôt possible.

Cependant, malgré les réussites, de nombreuses questions demeurent sans réponse au sujet des vaccins contre la COVID-19.1) Outre le fait que les vaccins ont été mis au point dans le cadre d’une procédure accélérée, en omettant et en abrégeant les différentes étapes de test, et qu’ils reposent en partie sur des méthodes entièrement nouvelles qui n’ont jamais été approuvées pour l’usage humain (vaccination à l’ARNm), on ignore, par exemple, si la protection peut durer plus de deux mois. Après la vaccination, les personnes vaccinées devraient donc être observées pendant deux ans afin d’étudier les effets de celle-ci, car aucune donnée à long terme n’est actuellement disponible. On ne sait pas non plus si les vaccins préviennent l’infection asymptomatique et offrent une protection contre la transmission de maladies aux personnes non vaccinées. La question de savoir si la vaccination fonctionne chez les enfants et les personnes immunodéficientes reste ouverte.2) La même chose s’applique aux femmes enceintes. Certains scientifiques avertissent que le vaccin pourrait mener à l’infertilité chez les femmes. Dr. med. Wolfgang Wodarg et l’ancien directeur de recherche de Pfizer, le Dr Michael Yeadon, ont donc déposé une demande auprès de l’autorité de régulation de l’UE (Agence européenne des médicaments AEM) pour la suspension immédiate de toutes les expériences de vaccination.3)

Néanmoins, des pressions croissantes sont exercées sur les citoyens de différents pays pour qu’ils se fassent vacciner dès qu’un vaccin est autorisé. Sous la menace latente de restrictions à la liberté de circulation et de déplacement ou d’interdictions d’accès aux restaurants ou aux moyens de transport, une obligation de vaccination est suscitée sans qu’il soit nécessaire d’imposer la vaccination.

L’article 6 de la Déclaration universelle sur la bioéthique et les droits de l’homme de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) stipule que toute intervention médicale de type préventif (c.-à-d. y compris la vaccination) « ne doit être mise en œuvre qu’avec le consentement préalable, libre et éclairé de la personne concernée, fondée sur des informations suffisantes » et que la personne concernée ne doit subir aucun désavantage ou préjudice si elle refuse de consentir à la vaccination.

Pour vous aider à décider de donner ou non votre consentement à la vaccination, vous devriez poser des questions sur la vaccination à votre médecin ou à la personne qui vous vaccinera. The World Foundation for Natural Science naturelles a compilé un document contenant de telles questions pour vous. Demandez à votre médecin de lire ce document avec vous et de répondre à vos questions en détail. Notez les réponses et demandez au médecin de signer le document à la fin. Vous avez ainsi quelque chose en main, en cas de dommages, si vous avez décidé de vous faire vacciner.

Veuillez sélectionner ci-dessous le document correspondant à votre pays. Si votre pays ne figure pas sur la liste, veuillez sélectionner le document approprié dans votre langue nationale. Vous pouvez également copier ou transmettre le document avec les questions à d’autres parties intéressées.

 

 

Références   [ + ]