Prévention et traitement de la grippe avec des remèdes homéopathiques

À l’heure actuelle, nous sommes encore au milieu de la saison annuelle de la grippe, entièrement sous le signe du coronavirus. Alors que les autorités et les médias publient chaque jour de nouvelles informations et que tout le monde espère une nouvelle vaccination, rares sont ceux qui parlent des possibilités extrêmement variées que nous offre la médecine naturelle, en particulier l’homéopathie, pour la prévention et le traitement des déficiences immunitaires et des infections pseudo-grippales.

Dans le traitement homéopathique, il convient de noter que tous les remèdes ne sont pas adaptés à chaque individu ou à chaque stade de la maladie. La posologie doit donc être choisie en fonction de l’évolution de la maladie. Les symptômes respectifs peuvent également différer individuellement et nécessitent donc un choix approprié des remèdes.
En raison de cette complexité, nous ne pouvons fournir ici que des informations générales sur l’utilisation des remèdes homéopathiques.

Comment prendre les remèdes homéopathiques ?
En général, les dilutions homéopathiques en D12 et C30 conviennent très bien à la prévention et au traitement de la grippe. Les remèdes de la plupart des trousses à pharmacie homéopathiques sont généralement dans ces puissances. Une dose unique se compose habituellement de 5 globules qui sont donnés directement dans la bouche toutes les deux heures. Dès qu’il y a une amélioration, arrêtez d’en prendre. Si les symptômes réapparaissent, le remède peut être donné de nouveau. Dans les cas aigus, la dose peut également être administrée toutes les quinze à trente minutes. En revanche, en cas de symptômes légers, le médicament est administré seulement une à deux fois par jour, de préférence le matin et le soir. En l’absence d’amélioration, un homéopathe expérimenté doit être consulté.

 

Quels remèdes peuvent être utilisés pour la prévention de la grippe ?

Ferrum phosphoricum: Convient pour la prévention des infections de type grippal, en particulier s’il y a déjà des personnes infectées dans l’entourage. Particulièrement adapté dès les premiers symptômes inflammatoires tels que toux sèche, douleurs à la poitrine ou muqueuses enflammées et premiers signes de fièvre. Le remède peut être pris toutes les 4 à 6 heures.

Influencinum: Peut être pris quatre fois par jour aussi tôt que un mois avant le début de la saison de la grippe. Particulièrement adapté pour les personnes qui sont exposées à un risque accru de contamination par contact intensif avec de nombreuses personnes.

Oscillococcinum: Préparation homéopathique bien connue à prendre une fois par semaine en mesure préventive, mais plusieurs fois par jour à 6 heures d’intervalle en cas de début de grippe.

Que puis-je faire lorsque les premiers symptômes de grippe apparaissent ?

Aconitum / Belladonna: Indiqué en cas d’apparition soudaine d’un état grippal avec maux de tête, maux de gorge, maux d’oreilles et fièvre sans transpiration (souvent après exposition au froid). La toux sèche est principalement traitée avec de l’aconitum. Le remède de suivi est souvent la belladone, surtout si le patient commence à transpirer avec de la chaleur intense, des rougeurs et des pulsations.

 

Quels remèdes peuvent être utilisés pour traiter les symptômes d’une grippe engagée ?

Rhus toxicodendron: en cas de fièvre et de grippe causées par le refroidissement, les courants d’air, le froid et l’humidité. Particulièrement adapté pour les symptômes tels que l’enrouement, le mal de gorge et la gorge rouge. La caractéristique est une agitation extrême avec un changement permanent de position.

Mercurius solubilis: particulièrement approprié pour les symptômes de la muqueuse buccale, les aphtes, la mauvaise haleine en cas de maux de gorge et d’amygdalite. Angine avec difficulté à avaler après formation de pus. Important : la peau est presque toujours humide, mercurius n’est pas le remède approprié en cas de peau sèche.

Natrium muriaticum: en cas d’éternuements et de rhinite avec du mucus clair, avec perte du sens du goût, de l’odorat et de l’appétit.

Ipecacuanha: contre la toux avec nausées, oppression des bronches et catarrhe bronchique avec expectorations visqueuses. Convient également pour la coqueluche et la toux avec sensation d’étouffement. Nausées continues, ne sont pas atténuées par les vomissements. Toux constante et intense à chaque respiration.

Hepar sulfuris: spécifique au traitement de la suppuration de la bouche et de la gorge, de l’angine et la sinusite, du gonflement des glanglions lymphatiques et de la toux avec sensation d’étouffement.

Pulsatilla: particulièrement adapté pour les personnes qui recherchent beaucoup d’affection (en particulier dans la phase de maladie), également avec des expectorations épaisses vertes ou jaunes. Également pour les personnes avec des maux d’oreilles survenant rapidement et le nez bouché .

Arsencicum album: en cas de grippe avec une rhinite aqueuse, qui se transforme en glaire dure et jaune au fur et à mesure qu’elle progresse. Peut être accompagnée de maux de gorge et des poumons, avec des expectorations collées ou se dégageant. Elle est souvent accompagnée de problèmes gastro-intestinaux, une perte d’appétit, des maux de tête, une faiblesse, une pâleur et une soif. Plutôt utilisé en cours d’une grippe. Caractéristiques : faiblesse irritable, agitation extrême et douleurs brûlantes.

Gelsemium: surtout en cas de grippe avec des symptômes à la tête, des maux de tête, du front, des douleurs articulaires, de la nuque et une grande fatigue. Tremblements, frissons et somnolence font également partie des symptômes. La « grippe Gelsemium » commence habituellement lentement, puis s’accentue graduellement. Au fur et à mesure qu’elle progresse, le mucus s’accumule constamment dans la gorge, causant une toux irritante. Elle se caractérise par un affaiblissement marqué, souvent associée à des vertiges et la somnolence.

Eupatorium perfoliatum: fonctionne bien pour les symptômes généraux de la grippe avec fièvre et frissons. Il est connu sous le nom de « rebouteux » dans les pays anglo-saxons en raison du soulagement rapide des douleurs osseuses et musculaires dans les maladies fébriles. La sensation d’épuisement est particulièrement typique et provoque une toux irritable avec douleur thoracique intense. Le malade doit se tenir la poitrine en toussant.

Bryonia: remède typique pour la « grippe thoracique », avec douleurs thoraciques aiguës, toux convulsive et douloureuse et symptômes semblables à la pneumonie.

Phosphorus: l’indication se caractérise par une toux moins douloureuse mais plus profonde que celle de Bryonia, avec atteinte des bronches. Laryngite très douloureuse, le patient est incapable de parler à cause de la douleur. L’air froid aggrave la situation. Le fait d’être allongé sur le côté gauche aggrave les symptômes.

Kalium bichromatum: au stade avancé d’un rhume, respiration rendue difficile par le mucus visqueux et incrusté dans le nez et les voies respiratoires, muqueuses potentiellement douloureuses.

Vincetoxicum: pour le rhume et la grippe virale, il a un effet anti-inflammatoire et anti-irritant sur les muqueuses et les voies respiratoires.